L'AGENDA DE L'AUTOMOBILE

E1 Championship: Après les monoplaces et les 4×4, les bateaux !

Formula E, Extreme E et maintenant E1 Championship. Ou plutôt le UIM E1 World Electric Powerboat Series pour ce nouveau championnat innovant. Explications.

Dans le monde extraordinaire de l’électrification de nos moyens de transport, Alejandro Agag, pionnier du sport automobile électrique international avec la Formula E, n’a pas fini de nous épater. L’homme politique, reconverti en hommes d’affaires (les deux ne sont peut-être pas très loin), a aussi lancé l’an dernier le championnat Extreme E, qui démarrera en mars au Sénégal (voir notre compte rendu des essais ici). Cette série, qui va regrouper quelques stars – Lewis Hamilton et Jean-Eric Vergne ont une écurie, Chip Ganassi aussi – mais aussi des pilotes capés tels Valtteri Bottas, Sébastien Loeb et Sébastien Ogier, qui ont essayé la voiture en toute discrétion dans les environs de Carcassonne, interpelle.

C’est vrai qu’avec ses allures de rallye-raid électrique qui se jouera en quelques manches dans des endroits très reculés de la planète, Extreme E joue gros en termes d’image, même si ses organisateurs disent vouloir alerter sur l’état de la planète plutôt que de continuer de l’abimer. Mais la surprise n’aurait pas été complète sans l’annonce de l’E1 Championship, ces jours derniers au Yacht-Club de Monaco. En prévision : 24 bateaux électriques, 10 manches – dont 5 sur les mêmes lieux que l’Extreme E – et 5 autres dans des endroits photogéniques tels que New-York, Miami, Sydney, Londres ou Monaco, où se jouera la grande finale de la première saison, en 2022. S.A.S Le Prince Albert II de Monaco, était d’ailleurs présent au Yacht-Club pour signer les contrats et démontrer l’engagement de la Principauté dans ce nouveau championnat, lequel sera déjà de niveau mondial. Agag le futé s’étant associé Rodi Basso, un ancien ingénieur aérospatial qui a travaillé pour la NASA, qui dirigeait la division Motorsport de Mc Laren, mais aussi Raffaele Chiulli, le président de l’union motonautique internationale, il a réussi à faire de cette discipline naissante un championnat du monde dès sa première année. Toutes les planètes étant alignées, entre monoplace, 4X4 et maintenant bateaux, c’est tout le sport motorisé qui se retrouve cuisiné à la sauce électrique grâce à des hommes talentueux, impliqués et bien inspirés.

Des bateaux futuristes

Le « Racebird » de l’E1 Championship est plus proche du vaisseau spatial que du bateau. Il a été dessiné par la Styliste norvégienne Sophi Horne. Il est basé sur la technologie hydroptère, autrement dit qu’une fois en marche il ne touchera pratiquement pas l’eau. Fabriqués par la start-up anglaise SeaBird, il sera assez léger (380 kg) pour une longueur de 4,80 m.  Equipé d’une batterie de 30 kWh qui se rechargera en seulement 30 min, ce bateau 100 % électrique sera capable d’atteindre 60 nœuds, soit 111 km/h. Sur l’eau, c’est beaucoup… Les fournisseurs des moteurs et batteries n’ont pas encore été annoncés, mais ils seront les mêmes pour tous en saison 1. Puis, à partir de la deuxième année, la technologie sera ouverte pour que des constructeurs puissent s’engager.

Les pilotes automobiles à l’affût

Il est encore trop tôt pour dire qui s’engagera, mais plusieurs titulaires de la Formula E tels que Lucas Di Grassi, André Lotterer, Mitch Evans ou Jérôme d’Ambrosio étaient présents à la conférence de presse monégasque. A noter également, l’engagement visible de Nico Rosberg, présenté comme un « ami » (investisseur ?) du projet. Il se dit également que champion moto Valentino Rossi pour également être intéressé.

Comme la Formula E et Extreme E, cette nouvelle compétition aura pour but de porter le message environnemental des déplacements zéro émission. Il y a beaucoup à dire sur le sujet, mais il convient de reconnaitre que les voitures, les scooters, les motos et même aujourd’hui les bateaux électriques offrent un confort d’usage intéressant, tout comme une conduite amusante.

Est-ce que le UIM E1 World Electric Powerboat Series rencontrera lui aussi le succès ? Réponse en 2022.

Didier LAURENT

Photos : E1

A lire également…

Inscrivez-vous à la newsletter